Deux responsables de Pastef sous mandat de dépôt
APS
SENEGAL-JUSTICE

Deux responsables de Pastef sous mandat de dépôt

Dakar, 23 fév (APS) – Deux responsables de Pastef (opposition), Biram Souley Diop et Abbass Fall, ont été inculpés, mardi, et placés sous mandat de dépôt pour ’’association de malfaiteurs, complicité de diffusion de contenus contraires aux bonnes moeurs, menaces de voie de fait et violence’’, a-t-on appris de différentes sources médiatiques.
 
Biram Souleye Diop est l’administrateur général de Pastef. Abbass Fall est lui coordonnateur de la formation à Dakar.
 
Ils ont été arrêtés après les manifestations ayant suivi l’annonce de la convocation du leader des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité́ (PASTEF), Ousmane Sonko, à la section de recherche de la gendarmerie.
 
Dans cette même affaire, Patricia Mariame Ngandoul, épouse de Birame Souley Diop, Dahirou Thiam, Fatima Mbengue et Bawaré Dia ont été inculpés et placés sous contrôle judiciaire.
 
Le leader de Pastef, le député Ousmane Sonko, fait face à une procédure de levée de son immunité parlementaire. 
 
Une employée d’un salon de massage et de beauté accuse le leader de Pastef/Les patriotes de ‘’viols répétés et de ‘’menaces de mort’’.
 
M. Sonko avait invoqué cette immunité pour justifier son refus de déférer à une convocation de la Section de recherche de la gendarmerie.
 
Après l’éclatement de cette affaire, le leader du PASTEF a accusé le président Sall et son ministre de l’Intérieur d’être les instigateurs de ce qu’il qualifie de complot.
 
Mais le président de la République, Macky Sall, a réfuté catégoriquement toute implication de sa part dans cette affaire.
 
"C’est clair. Je crois que j’ai suffisamment à faire que de comploter pour des choses aussi basses", a-t-il dit dans un entretien avec Radio France internationale (RFI).
 
"Encore une fois, c’est une affaire regrettable. Je ne sais pas ce qu’il en est, dans le fond. Je ne peux pas souhaiter, même à mon pire adversaire, une telle situation. Maintenant, il y a une accusation, il y a des procédures, il ne faut pas qu’on mêle le président à des choses qui ne le regardent pas", a-t-il ajouté.
 
OID