Début des opérations de vote en Côte d’Ivoire
APS
AFRIQUE-POLITIQUE-ELECTION

Début des opérations de vote en Côte d’Ivoire

De l’envoyé spécial de l’APS : Ousmane Ibrahima Dia

Abidjan, 31 oct (APS) - Les opérations de vote ont démarré dès 8 heures samedi dans de nombreux centres de vote de la capitale ivoirienne, pour le compte du scrutin présidentiel auquel participent officiellement 4 candidats, a constaté l’envoyé spécial de l’APS.

Le vote se déroule normalement dans les centres lycée classique, lycée Sainte Marie, à Cocody, et au centre de l’état-major de l’armée ivoirienne à Adiamé-Plateau, où s’est rendue une délégation des observateurs de la Cédéao, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest.
 
"Nous sommes venus tranquillement pour voter et repartir. Pour le moment, tout est calme, il n’y aucun problème. On vote et on rentre chez nous", a confié à l’APS Sarah, une électrice rencontrée au centre de vote situé à l’état-major de l’armée ivoirienne.
 
Doumbia est également venu accomplir son devoir civique "dans le calme" et "repartir tranquillement" chez lui en attendant les résultats. 
 
"Le scrutin va se passer dans la paix. Il n’y aucune crainte à se faire. On vote et on attendra les résultats : que le meilleur gagne", dit notre interlocuteur, également rencontré au centre de l’état-major des armées.
 
Le chef de la mission des observateurs de la Cédéao, le Sénégalais Cheikh Hadjibou Soumaré, s’est réjoui du bon démarrage des opérations de vote.
 
"Le vote a démarré un peu plus tôt. Le matériel électoral est sur place à l’exception de quelques bureaux où la mise en place n’était pas terminée (…). Les électeurs sont également là", a déclaré M. Soumaré.
 
"Nous souhaitons que les choses continuent comme tel et que la paix puisse régner pendant cette journée et les jours à venir. Il s’agit de la Côte d’Ivoire, des Ivoiriens, que la paix puisse régner", a-t-il ajouté.
 
Près de 7, 5 millions d’électeurs sont appelés aux urnes, samedi, pour un scrutin présidentiel marqué par de profondes divergences entre la majorité et l’opposition, une situation qui fait craindre des violences.
 
Selon la Commission électorale indépendante (CEI), 3.084.288 électeurs ont effectivement retiré leur carte, soit 41,15% des 7.495.082 électeurs, au terme de la période de distribution de ces documents (14 au 25 octobre 2020).
 
Conformément aux dispositions du Code électoral, les électeurs qui n’ont pu retirer leur carte, pourront le faire le jour du scrutin, dans leur bureau de vote, un dispositif particulier étant prévu à cet effet, fait savoir la CEI dans un communiqué.
 
Elle précise qu’il y a 10.815 lieux de vote et 22.381 bureaux de vote sur le territoire national et à l’étranger. 
 
Quelque 35 000 éléments des forces armées sont mobilisés pour assurer la sécurité des opérations électorales.
 
Quatre candidats sont en lice pour cette élection : le président sortant, Alassane Dramane Ouattara, candidat du Rassemblement des houphouétistes pour la paix et la démocratie (RHDP), Pascal Affi Nguessan du Front populaire ivoirien (FPI), l’ancien président Henri Konan Bédié du PDCI-RDA et l’indépendant Kouadio Konan Bertin dit KKB.
 
La campagne électorale a pris fin jeudi à minuit. 
 
Seuls deux de ces candidats, le président sortant et l’indépendant Kouadio Konan Bertin, ont véritablement battu campagne, les deux autres étant dans une logique de "désobéissance civile" consistant à contester la candidature de Alassane Dramane Ouattara.
 
Henri Konan Bédié et Pascal Affi Nguessan ont toute la campagne durant maintenu leur mot d’ordre de désobéissance civile pour notamment "le retrait de la candidature anticonstitutionnelle et illégale d’Alassane Ouattara".
 
Ils réclament dans le même temps "la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) et du Conseil constitutionnel", "l’audit international de la liste électorale", "le retour des exilés et la libération des prisonniers politiques".
 
OID/BK