Covid-19 : les cas multipliés par neuf entre juin et juillet (Responsable COUS)
APS
SENEGAL-POINT-PANDEMIE

Covid-19 : les cas multipliés par neuf entre juin et juillet (Responsable COUS)

Dakar, 6 août (APS) – Le nombre de cas de coronavirus a été multiplié par neuf entre les mois de juin et juillet, a indiqué, vendredi, le directeur du centre des opérations d’urgence sanitaire (COUS), Alioune Badara Ly. 
 

’’Comparé aux mois du juin et de juillet, le nombre de cas cumulés a été multiplié par 9’’, a-t-il déclaré, lors d’un point quotidien sur l’évolution de la pandémie au Sénégal, un exercice qui reprend sous son format initial, une diffusion en direct à la télévision nationale.
 

La multiplication des cas n’est pas sans difficulté dans la prise en charge d’une ’’certaine manière’’ de la pandémie, a t-il relevé.
 
Concernant les cas graves, il a indiqué qu’une hausse continue d’être enregistrée.
 
’’Cela fait 6 semaines consécutives, que nous enregistrons une augmentation du nombre de cas cumulés chaque semaine, nous avons atteint 99 décès la semaine dernière’’, a-t-i ajouté, tout en précisant que pour les deux dernières semaines, le pays a enregistré ’’une augmentation de 68% de cas de décès’’. 
 
Il a rappelé que juste avant la tabaski, il y avait un maximum d’évolution des cas hebdomadaires cumulés. 
 
’’Et pendant les fêtes, il a été observé pour la première fois, une baisse du nombre de cas qui avaient successivement augmenté les semaines précédentes’’, a-t-il expliqué.
 
D’après le directeur du COUS, il a été constaté une légère hausse pendant la semaine ayant suivi la Tabaski, précisant qu’’’on est toujours en deçà du maximum noté avant la fête’’.
 
’’Après la Tabaski, toutes les régions ont enregistré une hausse du nombre de cas, ceci montre la nécessité pour nous d’anticiper sur la prise en charge des cas graves au niveau de l’ensemble de nos régions’’, a-t-il fait valoir. 
 
A l’en croire, il y a lieu d’augmenter aussi la vigilance pour éviter ’’ce dont tout le monde craint’’. 
 
Sur la question de l’oxygène, il a relevé que la prise en charge des cas graves, nécessite une forte augmentation de cet intrant.
 
C’est la raison pour laquelle, a-t-il poursuivi, le ministre de la Santé a noué un partenariat avec les fournisseurs de l’oxygène.
 
’’Le ministre a décidé de les intégrer dans le Comité national de gestion de l’épidémie, avec qui il organise toutes les 48 heures, des réunions pour faire le suivi de l’accord’’, a-t-il souligné.
 
Le ministère a également passé une commande de 35 centrales à oxygène, dont les deux premières sont attendues d’ici le 12 août.
 
’’L’équipe du ministère réfléchit aussi pour voir comment augmenter la capacité en lit à Dakar’’, a-t-il ajouté.
 
Actuellement, "le Sénégal tourne autour d’une augmentation moyenne de 90 voire 100 lits chaque semaine", a t-il indiqué.

AMN/OID