Coronavirus : 80 % des cas d’infection enregistrés dans la seconde vague à Louga (médecin)
APS
SENEGAL-EPIDEMIE-POINT

Coronavirus : 80 % des cas d’infection enregistrés dans la seconde vague à Louga (médecin)

Louga, 22 jan (APS) – Le docteur Cheikh Sadibou Senghor, médecin-chef de la région de Louga, a évoqué une deuxième vague de Covid-19 beaucoup plus diffuse dans cette partie du pays avec 80 % de cas enregistrés depuis le mois de novembre.

La région de Louga a recensé 411 cas de contaminations de Covid-19 et déploré 32 décès liés à la maladie depuis l’apparition en avril 2020 du premier cas déclaré dans cette localité du nord du Sénégal. 80 % de ces cas (340) y ont été recensés entre novembre janvier, a-t-il laissé entendre jeudi lors d’un entretien avec des journalistes.

’’Durant la première vague, nous étions parvenus à maitriser la maladie en ayant enregistré que 98 cas jusqu’à fin octobre. Aujourd’hui, nous en sommes à 411, ce qui veut dire que les 340 cas sont survenus entre les mois de novembre et janvier, représentant 80% des cas", a insisté le docteur Senghor.

S’agissant des cas de décès, la région médicale de Louga en a déclaré 32 dont 11 à Louga, 16 à Linguère et 5 à Kébémer.

"Le département de Linguere qui est à 36 % de cas de contamination et 50% de cas de décès n’en était qu’à 3% voire 2% jusqu’ à fin octobre. Faisant de cette localité, le nouvel épicentre de la pandémie dans la région’’, a avancé le docteur Senghor.

Il a précisé qu’il y avait plus d’hommes atteints, alors que la létalité est davantage constatée chez les femmes.

Il a dans le même temps assuré que 231 patients avaient déjà recouvré la santé depuis l’apparition de la maladie en avril dernier dans cette partie du pays.

"La pandémie gagne du terrain dans la région. Nous rappelons aux populations qu’elles ont le droit de circuler d’aller travailler, mais elles doivent aussi se mobiliser, se protéger contre la maladie en respectant le port du masque, la distanciation physique, le lavage des mains et éviter les cérémonies’’, a rappelé le médecin-chef de région.

Il a lancé un appel aux guides religieux et les chefs coutumiers à s’impliquer davantage dans la lutte contre la pandémie.

SK/AKS/OID