BIDC : Dakar abrite la réunion du Conseil d’administration et celle des gouverneurs
APS
SENEGAL-CEDEAO-FINANCES

BIDC : Dakar abrite la réunion du Conseil d’administration et celle des gouverneurs

Dakar, 8 août (APS) – Le Conseil d’administration de la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC) a tenu mercredi à Dakar sa 58e session en prélude à la réunion de ses gouverneurs prévue vendredi dans la capitale sénégalaise.

Les administrateurs qui ont approuvé le compte rendu de la 57e session du Conseil d’administration, ont également validé un projet de réhabilitation du système sanitaire en Côte d’Ivoire. 
 
Ce projet d’un coût de 20 millions de dollars US, vise ‘’améliorer la santé des femmes et des enfants’’, a dit le président de la BIDC, le Nigérian Bashir Mamman Ifo.
 
Ce projet permettra ‘’l’acquisition de matériels, de réhabiliter le système sanitaire et de lutter contre la mortalité infantile’’, a salué M. Ifo, soulignant que la BIDC intervient dans le financement de projets public et privé dans les secteurs des transports, de l’agriculture, de l’industrie, du tourisme, etc.
 
Au Sénégal, a-t-il relevé, la banque est intervenue dans le financement de projets agricoles, de routes et dans la construction de l’hôtel Radisson Blue.
 
La BIDC est présentée comme ‘’le bras financier’’ de la CEDEAO appartenant aux 15 Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Elle est issue de la transformation, en 1999, de l’ex-Fonds de coopération, de compensation et de développement de la CEDEAO en un groupe bancaire dénommé Groupe de la BIDC.
 
Elle se veut ‘’la première institution régionale de financement de l’investissement et du développement en Afrique de l’Ouest et un instrument efficace de lutte contre la pauvreté, de création de richesse et de promotion de l’emploi en vue du bien-être des populations de la région’’.
 
La Banque intervient dans les domaines des infrastructures et équipements de base relatifs au transport, à l’énergie et aux télécommunications, au développement rural, à l’environnement, au secteur social, l’industrie, les services (services financiers, services relatifs aux technologies de l’information, ingénierie, hôtellerie, etc.).
 
Un document de presse indique qu’après 13 années d’activité (2004 - 2016), la Banque a quasiment multiplié par 7,6 ses engagements nets cumulés, portés de 121 millions d’UC en janvier 2004 à 917,6 millions d’UC au 31 décembre 2016 pour 135 projets actifs. 
 
La même source signale que depuis sa création (Fonds de la CEDEAO) au 31 décembre 2017, le montant cumulé des interventions de la BIDC en faveur des pays ressort à 1,27 milliard d’UC, soit 1,702 milliard de dollars ou 1 059 milliard de FCFA pour 211 projets dans divers secteurs.
 
La BDIC intervient sous forme de prêts directs à long, moyen et court terme ; prise de participation ; octroi de lignes de crédit et mise en place d’accords-cadres de refinancement ; opérations d’ingénierie et de services financiers.
 
Depuis le 10 octobre 2011, la Banque indique avoir renforcé ses fonds propres, en portant son capital autorisé de 603 millions à 1 milliard d’UC, soit environ 1,5 milliard de dollars US, détenu à 70% par les régionaux (15 Etats membres de la CEDEAO), les 30% restants, soit environ 450 millions de dollars US, sont ouverts à souscription pour les non-régionaux.
 
La banque est actionnaire fondateur de Ecobank Transnational Inc (ETI) ; actionnaire fondateur de la compagnie aérienne Asky Airlines ; initiatrice du Fonds africain des biocarburants et des énergies renouvelables (FABER), devenu SABER, partenaire et gestionnaire du Fonds de garantie des industries culturelles (FGIC), etc.
 
Dans le cadre son plan stratégique, la banque prévoit d’injecter dans l’économie régionale 1,32 milliard de dollar (environ 1 042 milliards de FCFA) pour la période 2016-2020. Ces interventions porteront essentiellement sur les projets régionaux structurant d’infrastructures, des secteurs de transports et d’énergie.

OID/ASG