Angélique Manga pour une stratégie nationale de la micro finance
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Angélique Manga pour une stratégie nationale de la micro finance

Dakar, 15 mars (APS) - Le ministre de l’Economie solidaire et de la Micro finance, Aminata Angélique Manga a souligné, jeudi à Dakar, la nécessité d’élaborer une stratégie nationale pour le développement de ce secteur.
 
 
’’Il est donc urgent d’élaborer une stratégie nationale de développement du secteur afin de l’unifier et d’amplifier son potentiel de développement’’, a-t-elle dit.
 
Mme Manga intervenait lors d’atelier de lancement du processus d’élaboration de la lettre de politique sectorielle de développement de l’économie sociale et solidaire.
 
Selon elle, si l’initiative de l’élaboration d’une stratégie sectorielle relève de la responsabilité de l’Etat, sa mise en œuvre incombe, une grande, partie aux acteurs et partenaires qui, aux quotidiens vivent les réalités de l’économie sociale et solidaire sur le terrain.
 
Aminata Angélique Manga a laissé entendre qu’avec l’adoption de cette lettre, son département disposera d’un atout majeur pour la mise en œuvre de la vision sociale du chef de l’Etat.
 
’’L’économie sociale et solidaire place la personne humaine au cœur de ses préoccupations en combinant l’engagement social et l’initiative économique’’, a-t-elle estimé.
 
La ministre a fait valoir que l’objectif visé reste la promotion d’une plus grande cohésion sociale dans une société plus inclusive, équilibrée et équitable.
 
Elle a aussi fait remarquer que les coopératives, les entreprises et autres acteurs de l’économie sociale et solidaire, sont devenus de véritables promoteurs pour l’emploi, de l’inclusion sociale et du développement durable.
 
’’Dès l’Indépendance, les organisations coopératives ont constitué un choix stratégique d’organisation socio-économique pour le développement entre autres de l’agriculture, de l’artisanat et de l’habitat’’, a-t-elle rappelé.
 
Elle a toutefois déploré le fait que l’économie sociale et solidaire ne soit ni organisée, ni structurée, malgré sa longue présence au Sénégal.
 
Dans le même ordre d’idées, Mme Manga a relevé plusieurs défis qui entravent le développement du secteur notamment l’absence d’une loi-cadre de l’économie sociale et solidaire.
 
Parmi ces défis, elle a aussi cité la faible restitution des données statistiques, l’inexistence de l’entreprise de l’économie sociale et solidaire dans son droit positif et l’impact approximatif de sa contribution à l’économie nationale.
 


RND/AMN/OID/PON