A Téssékéré, le forage du PUDC étanche la soif des hommes et des animaux
APS
SENEGAL-HYDRAULIQUE

A Téssékéré, le forage du PUDC étanche la soif des hommes et des animaux

Téssékéré (Louga), 5 déc (APS) – A Téssékéré, les visiteurs sont frappés par le spectacle qu’offrent les centaines de bœufs qui viennent étancher leur soif dans les abreuvoirs alimentés par le nouveau forage d’un débit de 230 mètres cube et construit par le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC).





La commune de Téssékéré est située à 70 km du département de Linguère. Pour s’y rendre, il faut emprunter une piste rurale jusqu’à Mbeuleukhé avant de longer un pare-feu.


Le nouveau forage a mis fin à la corvée d’eau qu’enduraient les habitants des villages et hameaux. Un plus qui apporte aux populations un confort, en les mettant définitivement à l’abri des problèmes d’hygiène, par exemple.


"C’est la première fois depuis plusieurs années que je vois un habitant de Téssékéré qui a pris sa douche, faire la vaisselle et ses ablutions en une seule journée", témoigne le maire Bathie Gallèl Sow.


C’est la preuve qu’il y a de l’eau potable pour tous et en quantité suffisante. "C’était inimaginable il y a quelque mois. Les habitants avaient du mal à y croire. Avoir de l’eau en abondance", renchérit le maire qui salue la perspicacité du PUDC.


Le château de Téssékéré fait partie de ceux qui ont la plus grande capacité à l’image de ceux de Touba et du Ranch de Dolly en construction. Il a une capacité de 1000 mètres cube.


La mise en service du forage d’un débit de 260 mètres cube permet de couvrir la totalité des besoins des populations sur un rayon de 20 km.


Des bornes fontaines permettent d’approvisionner les villages en eau. Désormais, les femmes peuvent également s’adonner aux activités maraîchères.


Le premier de forage de Téssékéré, construit en 1955, a fonctionné pendant 42 ans avant d’être remplacé par plusieurs autres qui n’ont jamais réussi à satisfaire la demande en eau dans cette zone sylvopastorale.


Depuis 2012, la commune dispose de neuf forages dont plus de la moitié a été réalisée par le PUDC.


Le président de l’unité pastorale de Téssékéré, M. Sow se souvient encore du calvaire enduré par les habitants à la recherche de l’eau. "Il arrivait que l’on reste quatre jours voire une semaine à attendre son tour devant le forage. Il y avait des réservoirs, chambres à air ou autres récipients qui s’étalaient à perte de vue", se rappelle-t-il.


A défaut d’avoir le liquide précieux, les habitants se rendaient à Labgar situé à 32 km pour remplir les réservoirs qui ne feront pas plus de deux jours, explique M. Sow également chef de village de Thioyti Dandé.


Le château d’eau et le forage réalisés par le PUDC contribuent à briser "le triangle de la soif" constitué par Téssékéré, Widou Thingoli et Amali qui disposaient chacun d’un forage.


SD/OID/PON