APS
SENEGAL-CINEMA

"MobiCiné", un projet de formation à la distribution de films lancé le 9 juillet

Dakar, 28 juin (APS) - Un projet visant à former de jeunes entrepreneurs à la distribution de films sera lancé le 9 juillet prochain, à Ziguinchor, a-t-on appris de ses promoteurs, jeudi, à Dakar.

Dénommé "MobiCiné Sénégal : transformer l’accès et la distribution des films", il vise à former de jeunes entrepreneurs du secteur du cinéma à la gestion commerciale, indiqué Ousseynou Thiam, président de l’association "Culture Waw", partie prenante de ce projet, jeudi, au cours d’une conférence de presse.
 
Six régions du Sénégal (Ziguinchor, Kaolack, Thiès, Saint-Louis, Matam et Kédougou) ont été choisies pour la phase pilote de ce projet, laquelle va durer 18 mois (juin 2018 à novembre 2019). 
 
Dans chacune des régions concernées, dix jeunes entrepreneurs culturels seront sélectionnés puis formés à travers des ateliers sur la recherche de financement, le marketing et la communication, mais aussi les techniques de diffusion de films.
 
"Il y a une première période destinée à la formation (juin à novembre 2018) et une deuxième pour la mise à disposition du matériel et l’exploitation prévue pour un an (novembre 2018 novembre 2019)", a expliqué M. Thiam. 
 
Il signale que le déploiement d’unités mobiles et leur gestion commerciale par le biais de groupements d’intérêt économique (GIE) font partie des modules de formation.
 
Sur les 60 entrepreneurs formés, 18 seront retenus (trois par région) pour la mise en œuvre de ce projet financé à hauteur de 44 % par le Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) de l’UNESCO, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, pour une enveloppe de plus de cinquante millions de francs CFA (50.937.667,46 FCFA), soit 89. 984 dollars.
 
Selon la conseillère régionale pour la culture du Bureau régional de l’UNESCO à Dakar, Guiomar Alonso Cano, "le choix du projet est basé sur l’intervention dans un maillon faible de la chaine du cinéma qu’est la distribution". 
 
Les critères d’évaluation concernent aussi "la recherche d’une viabilité économique et la démultiplication d’entreprenariats de jeunes et surtout le lien avec les actions de promotion de la diversité culturelle", peut-on lire dans une note de présentation.
 
Le ministère de la Culture, par le biais de la direction de la cinématographie et des centres culturels régionaux, "va s’impliquer par différentes manières institutionnelle et financière", a promis Hugues Diaz. 
 
"C’est l’un des rares projets sénégalais à être sélectionné par ce Fonds de l’UNESCO, c’est un honneur fait au Sénégal par rapport aux efforts réalisés dans ce secteur du cinéma", a souligné M. Diaz, directeur de la cinématographie, saluant une initiative qui selon lui devrait "permettre de porter tous ces projets cinéma à l’intérieur du pays". 


FKS/BK