Lancement de la Semaine nationale de mobilisation des jeunes contre le Sida, samedi à Kaolack
APS
SENEGAL-SANTE

Lancement de la Semaine nationale de mobilisation des jeunes contre le Sida, samedi à Kaolack

Dakar, 3 août (APS) – Le ministre de la Jeunesse, Mame Mbaye Niang, préside samedi à Kaolack (centre), la cérémonie de lancement de l’édition 2017 de la Semaine nationale de mobilisation des jeunes contre le Sida, annonce un communiqué reçu à l’APS.
 
La même source précise que la Secrétaire exécutive du Comité national de lutte contre le Sida (CNLS), Dr Safiétou Thiam, prendra part à cet événement qui prend fin le 12 août prochain.
 
Le thème retenu pour cette édition est : "Vers la fin du Sida à l’horizon 2030, un engagement citoyen des jeunes", indique le communiqué
 
Le texte souligne que c’est "une façon de rappeler aux jeunes leur déclaration d’engagement dans le cadre de la riposte, leur devoir de citoyens, d’une part, de passer en revue l’ensemble des interventions du Secteur Jeunesse et sa contribution à la riposte nationale".
 
"Cette Semaine nationale devrait permettre de dépister, par des stratégies avancées et fixes, au moins 6 300 jeunes (450 par région) au niveau des Services de conseils dépistage volontaire et anonyme des Centres de conseil pour les adolescents (CCA)", mentionne la source. 
 
Il s’agira de sensibiliser au moins 15.000 adolescent(e)s et jeunes sur les comportements et pratiques à risques de contamination du VIH/SIDA.
 
Le communiqué renseigne que la Semaine nationale de mobilisation est placée sous l’égide du comité sectoriel Sida du Ministère en charge de la Jeunesse à travers le Projet de promotion des jeunes (PPJ).
 
L’Enquête démographique et de santé 2010-2011 montre que les régions les plus touchées sont celles du Sud et du Sud-Est : Kolda (2,4%), Kédougou (1,7%), Tambacounda (1,4%), Sédhiou (1,1%), Kaolack (1,1%) et Ziguinchor (1%).
 
Kaolack, située au centre du Sénégal, est une région frontalière avec Diourbel, Kaffrine, Fatick, et la République de Gambie. Ceci fait que le bassin arachidier est très touché par la pandémie du Sida eu égard à la densité de sa population et aux mouvements de celle-ci. 
 
L’existence d’un seul centre de dépistage anonyme et gratuit (à Kaolack) ne donne pas une idée globale sur la propagation du Sida.
 
Le Sida continue de faire des victimes et les personnes vivant avec le VIH font face à la stigmatisation et à la discrimination, même si le taux de prévalence nationale est maintenu depuis plusieurs années à 0,7%, rappelle le communiqué. 

ASB/OID