PACERSEN : un projet pour maintenir les jeunes dans leur terroir
APS
SENEGAL-UE-AGRICULTURE

PACERSEN : un projet pour maintenir les jeunes dans leur terroir

Dakar, 18 juil (APS) - Modou Mboup, conseiller technique au ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural a rappelé, mercredi à Dakar, les objectifs et missions du nouveau projet d’appui à la réduction de la migration à travers la création d’emplois ruraux (PACERSEN).
 
 
Le PACERSEN financé à hauteur de 13 milliards FCFA par l’Union européenne et exécuté par l’Agence nationale d’insertion et de développement agricole (ANIDA) va aider à "fixer les jeunes dans leur terroir pour la création d’emplois mais aussi pour la réduction du taux de migrants" a dit M. Mboup.

Le conseiller technique numéro 1 au ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural présidait la première réunion du comité de pilotage du PACERSEN.
 
"L’objectif principal est d’identifier les terroirs ruraux qui sont les pourvoyeurs de candidats à l’exode rural et à l’immigration clandestine" a-t-il soutenu.

Avant d’ajouter qu’il s’agit de "promouvoir dans ces terroirs des activités de création de richesses, des activités rémunératrices et ce faisant de fixer ces populations rurales dans leur terroir d’origine".
 
"Le Sénégal est un pays jeune avec 75% de la population âgé de moins 35 ans. Nous recevons tous les ans 200.000 demandeurs d’emplois et notre économie offre dans le meilleur des cas entre 20 et 25.000 emplois par an" a dit le fonctionnaire du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural.

Et Modou Mboup de faire noter que "180.000 sans emplois viennent annuellement se joindre aux demandeurs déjà enregistrés".

Le PACERSEN est un "projet d’une grande importance parce que l’agriculture fait partie des leviers du développement économique du Sénégal" a-t-il indiqué.

Il a expliqué que le PACERSEN vise aussi "à accompagner les migrants qui ont un projet de retour au pays", mais aussi essaie d’attirer des jeunes urbains à venir s’investir dans les zones rurales.

Le projet vise à réaliser des infrastructures hydro-agricoles modernes dans huit régions du Sénégal (Kaffrine, Tambacounda, Louga, Diourbel, Fatick, Sédhiou, Kolda, et Kédougou).

VS/PON